Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Vie et aventures de Salavin

Auteur : Georges Duhamel

Preface : Antoine Duhamel

Date de saisie : 21/02/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Omnibus, Paris, France

Collection : Omnibus

Prix : 25.00 €

ISBN : 978-2-258-07585-6

GENCOD : 9782258075856

Sorti le : 21/02/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Claire Strohm et Robert Roth de la librairie AU MOULIN DES LETTRES a EPINAL, France (visiter son site) – 14/07/2012

Georges Duhamel a vecu pendant 20 ans avec ce personnage, lui consacrant dans l’entre-deux guerres cinq textes d’une poignante lucidite.
Nombreux sont les contemporains de Duhamel a s’etre interroges sur l’origine de ce modeste employe de bureau en quete, sa vie durant, d’un autre lui-meme. Mais Salavin reste un mystere, l’ombre meme d’un auteur epris de verite et de perfection dans une societe nouvelle, celle des lendemains douloureux de la Grande Guerre, ou les religions ne sont plus d’aucun secours pour ceux qui ont soif d’humanite.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

En cette annee 1920, le docteur Duhamel, medecin juste rentre du front, prix Goncourt 1918 pour Civilisation, publie Confession de minuit ; il cree la, dans une langue d’une precision rigoureuse qui en fera un des grands stylistes de son temps, le premier heros de ce XXe siecle qui vient de naitre dans la plus grande des douleurs.
Quinze annees durant, a travers cinq romans et une nouvelle, le personnage et son auteur vivront ensemble en une etrange intimite. Parce que, sur un coup de folie, il a touche l’oreille de son patron et qu’il est chasse de son emploi, Louis Salavin fait la connaissance de la solitude du banni, terrible liberte. Louis Salavin est un heros universel, un homme modeste qui s’interroge eperdument sur ce qu’il fait sur terre, sur le sens si mysterieux de sa vie propre et de celle de ses compagnons de route, au point de transformer son existence en destin ; il est le pere du Roquentin de La Nausee et de L’Etranger de Camus.
Mais Salavin croit irremediablement sinon en l’homme, du moins en sa quete toujours recommencee ; il ne s’avoue pas vaincu par la succession de ses defaites. Il faut redecouvrir cet ensemble romanesque a la modernite deroutante, un recit ample et humble a la fois, comme son heros.