Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Zoé

Auteur : Gilles Ascaride

Puisque personne n’a jamais voulu montrer cette « Arlésienne » qu’est Zoé, puisque tout le monde, au Bar de la Marine et sur le Vieux-Port, lui a tout mis sur le dos (au propre comme au figuré) sans jamais lui donner la parole à cette « petite fille très jolie, très coquette et qui ne pensait pas à mal », Gilles Ascaride a décidé de donner chair et verbe à Zoé, la fameuse tante d’une non moins fameuse trilogie marseillaise… et universelle.
Au crépuscule de sa vie, Zoé repasse le film de son existence : l’amour et les plaisirs sexuels, les brimades et les humiliations de sa soeur Honorade, les frasques de Marcus et Fanélie, la tendresse du patron du Bar de la Marine, Césaire, mais aussi la violence des hommes et des femmes, la pauvreté, le racisme, la guerre… et la « morale » d’une époque pas tout à fait révolue qui empêche les femmes de vivre leurs désirs et de disposer de leur corps. Avant l’heure, Zoé était une féministe – ou tout simplement une femme libre. Qui n’a jamais laissé « mesurer les autres ».
Un texte drôle et émouvant, à faire rire, sourire… et fendre le coeur.

Genre très prisé au cinéma, l’écriture de la « suite » (en anglais sequel) d’une oeuvre est un exercice littéraire difficile, dans lequel l’hommage doit s’accorder avec les contraintes de l’univers original ; parmi les suites célèbres, on note Le sphinx des glaces de Jules Verne (suite des Aventures d’Arthur Gordon Pym d’Edgar Allan Poe), Célimène et le cardinal de Jacques Rampal (suite du Misanthrope de Molière), L’hiver de beauté de Christiane Baroche (suite des Liaisons dangereuses), Mémoires de Monte Cristo de François Taillandier, suite de l’oeuvre d’Alexandre Dumas, ou encore une suite des Misérables de Hugo par François Cérésa, Cosette et… Marius !