Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Zone

Couverture du livre Zone

Auteur : Mathias Enard

Date de saisie : 20/08/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Domaine francais

Prix : 22.80 €

GENCOD : 9782742777051

Sorti le : 20/08/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Hubert Trouiller de la librairie LE MARQUE PAGE a SAINT- MARCELLIN, France (visiter son site) – 14/07/2012

Une tres bonne surprise de cette rentree litteraire, un recit dense et inattendu, original et etrange avec en prime le souffle des grandes oeuvres.
Dans le train de nuit qui le conduit a Rome ou il va regler ses comptes, Yvan Deray, ancien espion et ancien militaire se souvient.
Il se souvient de la zone (le pourtour de la mediterranee) ou il a exerce ses activites.
Tout y passe : les innombrables guerres balkaniques, l’Algerie des egorgeurs et des egorges, les derniers combattants palestiniens, les trahisons et les coups tordus, les emprisonnements, tortures et executions sommaires, souvenirs personnels.
Un immense requiem a la memoire de toutes ces morts inutiles ou glorieuses. Un long travelling, un recit monocorde conduit a coups d’association d’idees qui nous menent sans rupture d’une personne a une autre, d’une epoque a une autre, d’un pays a un autre sans transition.
Pas de paragraphe ni de ponctuation
Avec en arriere plan la lutte eternelle des dieux grecs qui se battent entre eux par humains interposes.
Ici la litterature est au service d’une vision subjective et penetrante qui semble plus vrai e que la realite.
Berce par le roulement du train, hante par les souvenirs des atrocites dont il a ete temoin ou acteur, Yvan Deray (alias Francis Mirkovic) croit s’en liberer en vendant ses informations mais peut-on se debarrasser de soi comme on enleve un pull-over ?
Que peut faire un espion arrive au bout de sa route si ce n’est disparaitre ?
A lire du meme auteur “La perfection du tir” publie par Actes Sud – premier roman tres abouti.
Dans une “zone” beaucoup plus restreinte le monde vu par un sniper embusque, terrifiant, machine a tuer pour qui les autres et lui-meme ne sont que des pions a detruire, eliminer.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Trajet, reminiscences, aiguillages, allers-retours dans les arcanes de la colere des Dieux. Zeus, Athena aux yeux pers et Ares le furieux guident la memoire du passager de la nuit, fils d’un Francais qui a fait la guerre d’Algerie et d’une pianiste d’origine croate. Adolescent doublement impregne de patriotisme, puis d’extreme-droitisme, il a prolonge son service militaire en sections speciales et autres commandos, puis s’est fiance avec la tres blanche Marianne. Mais la guerre d’independance de Croatie, puis la Bosnie ont fait bouillir le sang qui coulait dans ses veines.
Comme d’autres volontaires – Andrija surtout, dont il porte encore le deuil, et Vlaho le debonnaire qui finira mutile – il est alle accomplir sa part de carnage, de viols, de cruautes (certaines scenes hantent encore ses insomnies). Sature de violence, il s’est fait oublier quelque temps dans la mortifere Venise (ou Marianne l’a rejoint et bientot largue d’un feroce coup de pied dans les genitoires). Puis il est rentre en France ou il s’est montre peu bavard – avec son pere, pourtant, il aurait pu confronter quelques souvenirs d’interrogatoires particuliers – s’est presente et a echoue aux concours du Quai d’Orsay, est entre dans un Service du Renseignement ou il a connu Stephanie (deuxieme amour, deuxieme echec), puis s’est vu attribuer une Zone…
Mais ce soir (quinze ans apres ses premiers faits d’armes) c’est sous une identite d’emprunt que Francis Servain Mirkovic s’installe dans le train Milan-Rome pour ce qui devrait etre le dernier voyage de sa carriere professionnelle. Au-dessus de lui, une mallette que par precaution il a menottee a une des barres du filet a bagages. Demain a Rome (ou Carol Vojtila n’en finit plus de gesir sur son lit d’agonie) un representant du Vatican lui donnera trois cents mille euros – l’allusion aux trente deniers de Judas le fait sourire – en echange du tresor patiemment rassemble dans les marges de son activite d’agent du Renseignement francais dans sa Zone (d’abord l’Algerie puis, progressivement, l’ensemble du Proche-Orient). Le contenu de la mallette : des annees de missions et d’investigations. Un compendium d’archives, de fiches, de disques informatiques, d’images et de documents concernant des centaines d’individus – commanditaires ou intermediaires, cerveaux ou executants, agitateurs et terroristes de toutes obediences, marchands d’armes et trafiquants, criminels de guerre en fuite. Les hommes de l’ombre et de l’action – sans guerres, l’Histoire serait petrifiee, le monde serait mort d’ennui ! – qu’il a cotoyes, d’Alexandrie a Tel Aviv, du Caire a Jerusalem, d’Alger a Gaza ou Beyrouth. Une derniere transaction et il pourra changer de vie, peut-etre emmenager avec Sashka, une jeune Russe, peintre d’icones… Mais la nuit risque d’etre longue. Le train demarre, Francis Servain Mirkovic allias Yvan Deroy est assis dans le sens contraire de la marche, adosse a son avenir – enfin ! – et les yeux tournes vers le passe qui defile…

Ne en 1972, Mathias Enard a etudie le persan et l’arabe et fait de longs sejours au Moyen-Orient.
Il vit a Barcelone. Il a publie deux romans chez Actes Sud : La Perfection du tir (2003) – Prix des cinq continents de la francophonie, 2004- qui parait en Babel, et Remonter l’Orenoque (2005). Ainsi que, chez Verticales, Breviaire des artificiers (2007).